Logo du site La Chirurgie Gynécologique et Mammaire de Charente

 

 

 

 


CHIRURGIE DU SEIN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CURAGE AXILLAIRE :

Définition

Indications

Modalités

En pratique

Déroulement

Post-opératoire

Signes d'alerte
Avantages, inconvénients et risques

 

Anatomie

 

 

CANCER DU SEIN

Mastectomie partielle

Mastectomie totale

Pyramidectomie

Oncoplastie

Reconstruction immédiate

Reconstruction secondaire

Reconstruction par prothèse

Reconstruction par lambeau dorsal

Reconstrcution par lambeau abdominal

Reconstruction plaque aréolo-mamelonnaire

Lipomodelage

Réparation des séquelles des traitements conservateurs

Ganglion sentinelle

Curage axillaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce site respecte les principes de la charte HONcode de HON Ce site respecte les principes de la charte HONcode.
Vérifiez ici.

 

 

 

Les différentes interventions chirurgicales du sein

LE CURAGE AXILLAIRE DANS LE CANCER DU SEIN

 

En pratique

Intervention souvent intégrée dans le traitement du sein
Entrée la veille
Consultation d'anesthésie faite

Signes d'Alerte

Si fièvre > 38,5°C
Si saignements
Si douleurs ne cédant pas aux calmants> Contacter votre chirurgien .

Ne pas oublier

Vos tenues
L'ensemble de votre dossier (mammographies et radiographies)
Les recommandations post-curage .

 

Définition

Le curage axillaire consiste à enlever les ganglions de l'aisselle.
Sa réalisation à plusieurs buts:
- En procédant à l'analyse des ganglions enlevés, il permet de connaître le statut du cancer, à savoir si le cancer est juste local (au niveau du sein et donc des ganglions sains ou négatifs), ou développé en régional (au niveau du creux de l'aiselle et donc des ganglions atteints ou positifs).
- De ce fait, il permet d'adapter au mieux les traitements complémentaires pour ne pas sur-traiter ou sous-traiter le cancer.
- De plus, en enlevant les cellules cancéreuses qui auraient pu diffuser jusqu'aux ganglions lymphatiques (ganglions positifs), il permet aussi de diminuer le risque de récidives locales ou à distance (métastases), c'est donc un traitement.

Il est donc informatif, pronostic et thérapeutique.

Haut de page
Indications

Les indications du curage concernent que les cancer à risque de propager des cellules cancéreuses en dehors du sein, donc des cancers dits infiltrants.

Elles concernents les cancers du sein pour lesquels le ganglion sentinelle n'est pas possible, ou pas indiqué, ou les cancers pour lesquels un ganglion sentinelle est analysé positif (avec des cellules cancéreuse).


Haut de page
Modalités

Le curage axillaire est une intervention qui s'intégre généralement dans l'opération du cancer du sein, mais peut aussi être réalisé après celui-ci, lorsque les informations nécessaire à son indication, ne sont connus qu'après.

Il se réalise sous anesthésie générale.

Il nécessite une incision au niveau du creux de l'aisselle (au niveau des poils). Des repères anatomiques (deux nerfs et une veine) permettent de préciser la zone à enlever. Les ganglions sont mélangés à la graisse, et ne sont pas forcement visibles.
En général, c'est une dixaine de ganglions qui sont enlevés, mais leur nombre dépend de chaque patient(e).
Tous les ganglions ne sont pas enlevés, car cela est impossible, n'améliore pas le traitement, et augmente les risques de complications et effets secondaires.

Souvent un petit drain (drain de Redon) est positionné pour permettre de drainer le liquide qui circule au niveau des ganglions (lymphe).

 

Haut de page
En pratique

Lors de l’organisation de votre intervention, une consultation d’anesthésie est programmée, elle est indispensable et aura lieu, au minimum, 48 heures avant.

Lors de cette consultation, le médecin anesthésiste fait le point avec vous sur les modalités d’anesthésie (anesthésie générale, ou trés rarement locorégionale voire locale), vérifie la faisabilité, évalue les risques et vous prescrit un bilan sanguin pour vérifier sa normalité, si nécessaire.
Lors de votre consultation, un dossier administratif dit de « pré-admission » sera effectué pour éviter trop de formalités lors de votre hospitalisation. Pour cela, il vous sera demandé de fournir votre identité, votre carte vitale, votre carte mutuelle, et le dossier préparé lors de l’organisation de votre intervention par votre chirurgien et sa secrétaire.

 

Il est nécessaire d’effectuer un champ opératoire, c’est à dire une épilation du site chirurgical, couvrant le sein opéré et le creux axillaire. Cette préparation est effectuée par l'équipe soignante de la clinique mais peut être effectuée par vos soins si vous le voulez.

Votre hospitalisation a lieu souvent la veille de l'intervention. Il est possible que pour la chirurgie du sein, un repérage de la tumeur ait lieu la veille, votre entrée s'effectue donc à l'issue de celui-ci.

Vous devez être impérativement à jeun depuis minuit la veille, c’est à dire sans manger, ni boire, ni fumer. Certains médicaments peuvent être pris selon les recommandations de l’anesthésiste uniquement.

Votre hospitalisation nécessite que vous apportiez vos affaires, et l'ensemble de vos radiographies et mammographies.
Il est recommandé de ne pas apporter trop d’objets de valeur…

 

Haut de page
Déroulement

Vous êtes accueilli dans votre chambre par l'équipe soignante qui vous donnera les premières informations concernant votre séjour, l'heure approximative de votre intervention et qui vérifiera votre dossiers.

Avant de partir au bloc opératoire, votre dossier est recontrôlé par l’équipe soignante.
Souvent un médicament vous est donné (prescrit par le médecin anesthésiste) pour vous « relaxé », c’est la pré-médication. Un brancardier vous emmène au bloc opératoire.

Avant de commencer l’intervention, une perfusion sera posée (petit tuyau dans une veine pour passer les médicaments nécessaires à votre anesthésie et à votre intervention). Elle sera posée de l'autre côté de votre intervention.
Votre dossier est à nouveau vérifié et l’équipe chirurgicale vous posera à nouveau des questions sur votre identité, le type de chirurgie prévue, … c’est la « check-list » mise en place pour améliorer votre sécurité, c’est la même partout en France.
Vous serez installé dans la salle d’intervention, et commencera votre anesthésie.
Durée de l’intervention : le curage axillaire dure environ environ 30 minutes, mais le traitement du sein est souvent prévu durant la même intervention.
Après l’intervention : Le cathéter de la perfusion est laissé en place s’il y avait besoin de passer des médicaments directement dans la veine.
Juste après l’intervention, vous séjournerez en salle de réveil durant deux heures environ, puis un brancardier vous ramènera dans votre chambre.
Des antalgiques (calmants) sont prescrits si besoin.
La reprise de l’alimentation se fait normalement dès le soir même.
Durée d’hospitalisation : pour le curage axillaire, l'hospitalisation est d'environ quatre jours. La durée dépend surtout du petit drain posé et aussi du type de chirurgie effectuée pour le sein.
A votre sortie, vous passerez par le service administratif, qui clôturera votre dossier administratif et vous remettra différents documents, dont un bulletin d’hospitalisation important à conserver.

 

Haut de page
Post-opératoire

Suites normales :
Un désinfectant est souvent préscrit ainsi que des antalgiques (calmants). Le curage donne souvent des douleurs locales et au niveau de la face interne du bras (petite perte de sensibilité ou picotements), les antalgiques fonctionnent bien.
Souvent des anticoagulants sont prescrits pour une durée d'environ 6 jours mais adaptée à votre cas. Ils sont à effectuer par une infirmière (ou infirmier) à domicile. Une prise de sang est également nécessaire pour surveiller ces traitements, elle sera faite par la même infimière (ou infirmier).
Un petit gonflement au niveau de la cicatrice du curage peut aussi apparaître, bien souvent sans conséquence et disparaît spontanément.
Certaines fois, une rééducation (kinésithérapie) du bras est prescrite.
Consignes :
A votre retour, il est conseillé de se reposer, et vivre normalement. Les précautions concernent le bras afin d'éviter trop de mobilisation en force mais il faut le mobiliser sans l'immobiliser "par précaution", car l'épaule risque de s'engourdir.
Des consignes spécifiques à suivre pour l'avenir sont nécessaire, car le curage peut entrainer quelques effets secondaires voire complications.
Arret de travail :
La durée dépend bien sûr de la totalité de votre prise en charge, habituellement jusqu'à la consultation post-opératoire.
Il vous est remis à la sortie ou avant par votre chirurgien.
Visite post-opératoire :
Elle est souvent effectuée avec votre chirurgien, environ une quinzaine de jour après l'intervention.

 

Haut de page
Signes d'alerte

Tout évènement qui vous inquiète doit vous faire contacter votre médecin traitant ou votre chirurgien. De façon générale, une fièvre > 38°C5 à deux reprises, des douleurs importantes, un hématome douloureux, ou des saignements abondants persistants, doivent vous faire consulter.
Une collection de liquide peut se former au niverau de la cicatrice, c'est une lymphocèle. Bien souvent sans conséquence, elle peut être douloureuse et nécessiter une ponction, et dans de rare cas se surinfecter.

 

Haut de page
Avantages, inconvénients et risques

Avantages
Le curage axiallaire est indispensable dans certains cas pour diagnostiquer, adapter et traiter certains cancers du sein.

Inconvénients
Les inconvénients du curage concernent essentiellement la mobilité de l'épaule et les précautions à maintenir durant toute sa vie pour protéger le bras.

Risques

Le risque d'hématome, de saignement important, d'abcès peuvent justifier, rarement, une repise chirurgicale pour en effectuer le traitement.

Plus fréquement, une petite collection de lymphe (liquide drainé par les ganglions) peut se faire. Sa résorbtion est souvent spontanée.

Le risque le plus important est le lymphoedème du bras ou le "gros bras". A terme, 5 à 8% des femmes ont ce problème c'est-à-dire un oedème de la main, de l'avant-bras ou du bras qui généralement intervient plusieurs années après l'intervention. Les autres problèmes possibles à terme sont une légère diminution de la force du bras et/ou une fatigabilité rapide à l'effort.
Les risques de séquelles sont d'autant plus importants que la patiente a subi en plus du curage une irradiation au niveau de la clavicule voire au niveau de l'aisselle. Le facteur de risque principal de "gros bras" est lié à des infections qui prennent naissance au niveau de la main (ongle incarné, plaie). Ceci implique d'avoir une hygiène très rigoureuse au niveau de la main et une prise en charge des infections très précoce. Le facteur de risque secondaire est le port de charge par le bras atteint, les traumatismes localisés (prise de sang, prise de tension) ou encore les sports violents pour le bras.

De façon exceptionnelle, une atteinte de certains nerfs peuvent entrainer une diminution de certains muscles de l'épaule, et encore plus rarement, une plaie de la veine du bras (veine axillaire) peut exister.

Les risques liés à la chirurgie du cancer, au niveau du sein coexistent. Ils sont détaillés dans la rubrique mastectomie partielle, pyramidectomie et mastectomie totale.
L'intervention nécessite également une anesthésie générale qui comporte ses propres risques, l'anesthésiste vous en parlera lors de la consultation pré-anesthésie.

Recommandation pour éviter le lymphoedeme (publications de l'IGR):

Il existe, après un curage axillaire, un risque de gonflement du bras d’origine lymphatique. L‘ablation de ces ganglions gène le fonctionnement de la circulation lymphatique. La stagnation de la lymphe dans le bras peut être responsable d’une lourdeur du bras, voire d’un gonflement appelé « lymphoedème ». Ce risque persiste pour la vie entière.
Aujourd’hui, grâce à l’évolution de la médecine, le risque d’avoir un bras gonflé à long terme après un curage axillaire est faible (de l’ordre de 5 à 8%).

Si vous avez eu un curage axillaire, il est important de connaître et de suivre certaines précautions pour éviter le lymphoedème. Elles sont listées ci-dessous. En respectant toute votre vie ces quelques conseils vous diminuerez les risques de gonflement du bras et au cours du temps vous les adapterez à votre mode de vie.


Dans la mesure du possible, éviter, avec le bras du côté du curage :

- le port ou le déplacement de charges lourdes avec le bras concerné (exemple : panier de courses, cartons, pack d’eau au delà de 4 bouteilles)
- le travail répétitif prolongé : faire des pauses régulières
- certains sports avec efforts violents pour le bras (haltères, squash) ; préférer les sports où le bras est sollicité avec douceur : natation, gymnastique, à discuter avec votre médecin au cas par cas
- les piqûres, les prises de sang, coupures, griffures
- la prise de tension (au bras du côté du curage)
- tout bijou ou vêtement serré
- la chaleur : bains chauds, sauna


Pour prévenir tout risque d’infection provoqué par une blessure ou une brûlure :

- porter des gants pour les activités de jardinage, bricolage, manipulation de produits toxiques
- porter un gant protecteur pour le four
- éviter les coups de soleil
- désinfecter immédiatement et régulièrement toute lésion : griffure, piqûre, brûlure… et surveiller votre bras


Consulter un médecin rapidement pour toute apparition de :

- picotements, rougeur, lourdeur, douleur, voire d’œdème inhabituel


Remarques importantes :

Ces précautions ne s’appliquent pas dans le cas de ganglion sentinelle sans curage axillaire, le risque de gonflement du bras ou de la main étant quasi-nul.
Il peut survenir, dans les mois suivant la chirurgie de curage axillaire, un petit gonflement transitoire du bras ou de la main : il est très important de le traiter immédiatement en consultant votre médecin traitant qui vous prescrira des drainages lymphatiques et une aide médicamenteuse. Le gonflement disparaîtra rapidement dans l’immense majorité des cas.
N’hésitez pas à demander des conseils personnalisés à votre médecin et à votre kinésithérapeute.

 

Fiche information CNGOF

 

Envoyer cette page à un ami

Imprimer cette page

 

Auteur: Dr Gauthier D'HALLUIN
Date de création: 30 Juillet, 2012
Date de mise à jour: 22 Novembre, 2013