Réduction Mammaire et Ptose Mammaire (RM-PAM)

Arthur

La chirurgie gynécologique et mammaire propose plusieurs interventions spécialisées. Une des procédures les plus délicates et les plus significatives pour les patientes est la reconstruction de la plaque aréolo-mamelonnaire – une étape clé suivant une mastectomie qui contribue grandement à la restauration de l’estime de soi et à la qualité de vie des femmes concernées.

Refaçonnage de la zone aréolo-mamelonnaire

Définie comme l’ultime phase de la reconstruction mammaire, la reconstruction de la zone aréolo-mamelonnaire n’est certes pas indispensable, mais joue un rôle crucial dans l’acceptation et la réappropriation du sein refaçonné par la patiente. La reconstruction de l’aréole peut se faire par tatouage médical pour recréer la pigmentation, tandis que celle du mamelon repose souvent sur des techniques de greffe ou de remodelage cutané. Bien que ces techniques s’efforcent d’imiter l’aspect naturel, elles ne permettent pas de restituer la sensibilité originelle de la zone.

Quand envisager la reconstruction?

La reconstruction de cette région spécifique du sein est généralement proposée aux femmes ayant subi une ablation totale du sein avec une reconstruction mammaire partielle ou intégrale. Cette étape est souvent réalisée comme finale de la restauration chirurgicale.

Procédure et anesthésie

Ces interventions de précision sont réalisables sous anesthésie locale ou générale, selon qu’elles soient isolées ou couplées à d’autres gestes chirurgicaux. La patiente peut souvent bénéficier d’une sortie en ambulatoire, réduisant ainsi les contraintes liées à une hospitalisation prolongée.

Déroulement opératoire

Avant l’intervention, une consultation préopératoire et une visite anesthésique sont réalisées. L’intervention elle-même dure environ 30 à 45 minutes, suivie d’une surveillance post-opératoire avant le retour à domicile.

A lire aussi :   Curage axillaire

Post-intervention

Les instructions détaillées pour la gestion des pansements, la reprise progressive des activités, et le suivi de la douleur sont expliquées et délivrées aux patientes avant leur congé de l’hôpital.

Attention aux signes d’alerte

Il est important de savoir reconnaître les signes inhabituels post-opératoires. Elles incluent la fièvre, les saignements importants, les douleurs incontrôlables ainsi que tout changement au niveau de la plaie opératoire nécessitant une évaluation médicale rapide.

Avantages et points de vigilance

Le principal bénéfice de cette reconstruction est psychologique et esthétique, tout en sachant qu’une insensibilité permanente est à prévoir. Les retouches, bien que rares, peuvent s’avérer nécessaires avec le temps pour maintenir l’aspect souhaité.

Évolution de la reconstruction mamellaire

L’un des aspects les plus innovants dans le domaine de la reconstruction mamellaire est l’avènement de techniques de tatouage en relief ou en 3D. Le rendu esthétique peut être d’un réalisme bluffant, apportant une touche finale très appréciée dans le processus de reconstruction. Malheureusement, malgré leur popularité croissante, ces techniques restent souvent hors de la prise en charge des systèmes de santé publique.

Laisser un commentaire

− 1 = 1