Hystéroscopie

Arthur

L’hystéroscopie représente une technique chirurgicale où l’on se sert d’un endoscope spécialisé, l’hystéroscope, pour examiner et potentiellement intervenir sur l’intérieur de l’utérus au travers du canal vaginal.

Elle offre la possibilité de détecter la normalité de la cavité utérine par le biais de l’hystéroscopie diagnostique. Cette approche peut inclure un échantillonnage superficiel de la couche tissulaire utérine, l’endomètre, au travers d’une curette semblable à une petite cuillère. D’autres traitements tels que la thermolyse de l’endomètre via des ondes radio (procédé NOVASURE) y sont également possibles, surtout dans le cas de saignements intenses sans étiologie connue.

L’hystéroscope peut aussi embarquer de minuscules instruments pour opérer à l’intérieur de la cavité tout en étant guidé visuellement, définissant ainsi l’hystéroscopie opératoire, utile notamment pour retirer des adhérences, polypes, fibromes ou encore pour réaliser une endométrectomie.

Les indications de cette procédure sont variées, allant du traitement des anomalies de la cavité utérine comme les adhérences, myomes ou encore en préparation à des programmes de procréation médicalement assistée. La véracité de la cavité utérine est également inspectée dans le cadre des diagnostics du cancer de l’endomètre notamment en post-ménopause ou pour placer des implants de stérilisation.

Concernant les modalités, l’intervention est réalisée par les voies naturelles en position gynécologique. La visibilité interne est assurée par l’injection de substances telles que du liquide physiologique, ou du glycocolle/manitol lorsqu’un usage d’énergie est requis.

En préparation pratique, une consultation d’anesthésie est nécessaire au moins 48 heures avant le procédé. Les conditions préalables à l’opération incluent un jeûne depuis minuit la veille, une hospitalisation en ambulatoire bien que certains cas nécessitent une hospitalisation plus longue.

A lire aussi :   IVG Curetage

Le déroulement de l’intervention comprend une reconfirmation de votre dossier avant votre transfert au bloc opératoire, où une séance de réveil d’environ deux heures succède à l’opération avant le retour en chambre et la décharge éventuelle le jour-même.

Post-opératoirement, il est courant d’observer de légers saignements et il est recommandé de se reposer, d’éviter l’alcool et de suivre les conseils médicaux en matière de médication et d’hygiène post-interventionnelle. Les signes d’alerte incluent la fièvre, les douleurs significatives, les vomissements ou les saignements abondants continuels.

Les avantages de l’hystéroscopie se concentrent sur le diagnostic précis et le traitement de certains problèmes utérins mais ne sont pas exempts d’inconvénients ou de risques, tels que les adhérences ou, rarement, la perforation de l’utérus. Les conséquences sérieuses sont exceptionnelles mais possibles, incluant des réactions allergiques ou des problèmes cardiaques notamment.

L’intervention requiert également une anesthésie avec ses risques inhérents, que l’anesthésiste expliquera en détail lors de la consultation préalable.

Conseils pratiques pour votre convalescence

Après l’intervention d’hystéroscopie, il est primordial de bien gérer votre période de convalescence pour assurer une récupération optimale. Reposez-vous suffisamment et évitez toute activité physique intensive. Assurez-vous de suivre les recommandations de votre chirurgien concernant l’hygiène personnelle, les activités quotidiennes et les visites de suivi. Une hygiène alimentaire appropriée et l’hydratation sont également essentielles pour favoriser une guérison en toute sécurité et rapide.

Laisser un commentaire

+ 49 = 54